Phèdre, Acte 4 (IV), scène 2 (II), la colère de Thésée, commentaire, Racine, 1677

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Phèdre, Acte IV (4), scène II (2), tirade de Thésée, Racine, 1677.

Thésée
Perfide, oses−tu bien te montrer devant moi ?
Monstre, qu’a trop longtemps épargné le tonnerre,
Reste impur des brigands dont j’ai purgé la terre,
Après que le transport d’un amour plein d’horreur
Jusqu’au lit de ton père a porté sa fureur,
(…)

Le contenu de l’article a déménagé à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/phedre-acte-4-iv-scene-2-ii-la-colere-de-thesee-commentaire-racine-1677

Publicités

Phèdre, Acte II (2), scène 5 (V), tirade de l’aveu à Hippolyte, Racine, 1677, commentaire

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Phèdre, Acte II (2), scène V (5), commentaire, Racine, 1677.

Hippolyte
Madame, pardonnez. J’avoue, en rougissant,
Que j’accusais à tort un discours innocent.
Ma honte ne peut plus soutenir votre vue,
Et je vais…

(…)

Votre article a déménagé à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/phedre-acte-ii-2-scene-5-v-tirade-de-laveu-a-hippolyte-racine-1677-commentaire

Le mariage de Figaro, acte 1 (I), scène 1 (I), scène d’exposition, commentaire, Beaumarchais, 1784.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Le Mariage de Figaro, exposition, Acte I (1), scène I (1) Beaumarchais, 1784.

Acte I

Le théâtre représente une chambre à demi démeublée ; un grand fauteuil de malade est au milieu. Figaro, avec une toise, mesure le plancher. Suzanne attache à sa tête, devant une glace, le petit bouquet de fleurs d’orange, appelé chapeau de la mariée.

Scène I

FIGARO, SUZANNE
FIGARO. Dix-neuf pieds sur vingt-six.

SUZANNE. Tiens, Figaro, voilà mon petit chapeau ; le trouves-tu mieux ainsi ?

FIGARO lui prend les mains. Sans comparaison, ma charmante. Oh ? que ce joli bouquet virginal, élevé sur la tête d’une belle fille, est doux, le matin des noces, à l’oeil amoureux d’un époux !…

(…)

Lettre LXXXI (81), extrait, les Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos, 1782, Commentaire.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Lettre LXXXI (81) extrait, Les Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos, 1782.

Entrée dans le monde dans le temps où, fille encore, j’étais vouée par état au silence et à l’inaction, j’ai su en profiter pour observer et réfléchir. Tandis qu’on me croyait étourdie ou distraite, écoutant peu à la vérité les discours qu’on s’empressait à me tenir, je recueillais avec soin ceux qu’on cherchait à me cacher.

(…)

Le contenu de la page se trouve désormais à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/lettre-lxxxi-81-extrait-les-liaisons-dangereuses-choderlos-de-laclos-1782-commentaire