Barbier de Séville, Acte II (2), scène 15, Beaumarchais, 1775, commentaire.

(L’analyse présente dans ce document est la propriété exclusive des coursjulien.wordpress.com. Veuillez donc svp dans le cas d’une reprise partielle ou totale faire mention de l’origine).

Le Barbier de Séville, Acte II (2), scène 15, Beaumarchais, 1775, commentaire.

Votre analyse est désormais à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/barbier-de-seville-acte-ii-2-scene-15-beaumarchais-1775-commentaire

Publicités

Le fou et la vénus, le Spleen de Paris, VII (Livre VII), Baudelaire, 1869 — Commentaire.

« Le fou et la vénus », Le Spleen de Paris, Baudelaire, 1869.

baudelaire
Baudelaire (Photographie Etienne Carjat)

« Le fou et la vénus », VII du Spleen de Paris, Baudelaire, 1869.

Le contenu de l’article est désormais à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/le-fou-et-la-venus-le-spleen-de-paris-vii-7-baudelaire-1869-commentaire

Invitation au voyage, Baudelaire, Fleurs du mal, commentaire

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !

(…)

Votre article a déménagé à cette adresse : http://lescoursjulien.com/invitation-au-voyage-baudelaire-fleurs-du-mal-commentaire

Heureux qui comme Ulysse, Du Bellay, commentaire

« Heureux qui comme Ulysse.. », de Joachim Du Bellay, « Les Regrets »1558.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

Les regrets, 1558.

Votre analyse détaillée a déménagé à cette adresse : http://lescoursjulien.com/heureux-qui-comme-ulysse-du-bellay-commentaire

Pierre et Jean, Chapitre V (5), Le portrait, commentaire, Maupassant

Pierre et Jean, Chapitre V, « découverte du portrait ». Maupassant (1887)

“ Voilà, dit-elle, je l’ai retrouvé presque tout de suite. ” Le docteur, le premier, avait tendu la main. Il reçut le portrait, et, d’un peu loin, à bout de bras, l’examina. Puis, sentant bien que sa mère le regardait, il leva lentement les yeux sur son frère, pour comparer. Il faillit dire, emporté par sa violence (…)

Votre article a déménagé à cette adresse : http://lescoursjulien.com/pierre-et-jean-chapitre-v-5-le-portrait-commentaire-maupassant

La Thébaïde, acte V, scène 1, Racine, commentaire.

La Thébaïde, Acte V, scène 1, Racine.(1664)

ANTIGONE, seule.

À quoi te résous-tu princesse infortunée ?

Ta mère vient de mourir dans tes bras,

(…)

Votre article a déménagé à cette adresse : http://lescoursjulien.com/la-thebaide-acte-v-scene-1-racine-commentaire

Candide, chapitre 3, Voltaire

Candide, Chapitre III, Voltaire (1759).

Chapitre 3

COMMENT CANDIDE SE SAUVA D’ENTRE LES BULGARES, ET CE QU’IL DEVINT

Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer.

(…)

Votre article a déménagé à cette adresse: http://lescoursjulien.com/candide-chapitre-3-voltaire