Le paradoxe sur le comédien, « si le comédien était sensible », Diderot, 1773, commentaire.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Le Paradoxe sur le comédien, Diderot, 1773.

Si le comédien était sensible…

Votre contenu a déménagé à sa nouvelle adresse :

http://lescoursjulien.com/le-paradoxe-sur-le-comedien-si-le-comedien-etait-sensible-diderot-1773-commentaire

Publicités

« Le désarroi de Frédéric », chapitre 5, partie 1, l’éducation sentimentale, Flaubert, 1869, commentaire.

« Il passait des heures à regarder, du haut de son balcon », extrait de L’éducation sentimentale, Partie 1, chapitre 5, Flaubert, 1869.

Il passait des heures à regarder, du haut de son balcon, la rivière qui coulait entre les quais grisâtres, noircis, de place en place, par la bavure des égouts, avec un ponton de blanchisseuses amarré contre le bord, où des gamins quelquefois s’amusaient, dans la vase, à faire baigner un caniche. Ses yeux délaissant à gauche le pont de pierre de Notre−Dame et trois ponts suspendus, se dirigeaient toujours vers le quai aux Ormes… »

Le contenu de cette page a déménagé à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/le-desarroi-de-frederic-chapitre-5-partie-1-leducation-sentimentale-flaubert-1869-commentaire

Marie, Alcools, Apollinaire, 1913, commentaire.

Marie, Alcools, Apollinaire, 1913.

Marie

Vous y dansiez petite fille
Y danserez-vous mère-grand
C’est la maclotte qui sautille
Toute les cloches sonneront
Quand donc reviendrez-vous Marie

(…)

Le contenu de cette page a été déplacé ici : http://lescoursjulien.com/marie-alcools-apollinaire-1913-commentaire

Annie, Alcools, Apollinaire, 1913, commentaire.

Contact : lescoursjulien@yahoo.fr

Annie, Alcools, 1913, Apollinaire.

Annie

Sur la côte du Texas
Entre Mobile et Galveston il y a
Un grand jardin tout plein de roses
Il contient aussi une villa
Qui est une grande rose

Le contenu de l’article a déménagé à sa nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/annie-alcools-apollinaire-1913-commentaire

L’Huître et les plaideurs, La Fontaine, Fables, 1678, commentaire

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

L’Huître et les plaideurs, La Fontaine.

Un jour deux Pèlerins sur le sable rencontrent

Une Huître que le flot y venait d’apporter :

Ils l’avalent des yeux, du doigt ils se la montrent ;

À l’égard de la dent il fallut contester.

(…)

Le contenu de l’article se trouve désormais ici : http://lescoursjulien.com/lhuitre-et-les-plaideurs-la-fontaine-fables-1678-commentaire

Incipit , chapitre 1, madame Bovary, Flaubert, 1857, commentaire.

Voici un premier sujet de littérature dans lequel deux questions ont été posées à des élèves de terminale L.

A propos de « Madame Bovary » de Flaubert,  :

  • Le personnage d’Emma n’apparaît pas dans le premier état du texte : en quoi le fait de l’ajouter est-il révélateur du projet d’écriture de Flaubert ?
  • Comment Flaubert transforme-t-il un fait divers en oeuvre d’art ? ».

Le contenu de cette page a déménagé : http://lescoursjulien.com/incipit-chapitre-1-madame-bovary-flaubert-1857-commentaire-2

Les Cours Julien

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Incipit de Madame Bovary, Flaubert, 1857.

Première partie

I

      Nous étions à l’Étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail.
Le Proviseur nous fit signe de nous rasseoir ; puis, se tournant vers le maître d’études :
– Monsieur Roger, lui dit-il à demi-voix, voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième. Si son travail et sa conduite sont méritoires, il passera 
dans les grands, où l’appelle son âge.
Resté dans l’angle, derrière la porte, si bien qu’on l’apercevait à peine, le 
nouveau était un gars de la campagne, d’une quinzaine d’années environ, et plus haut de taille qu’aucun de nous tous. Il avait les cheveux coupés droit sur le front, comme un chantre de village, l’air raisonnable…

View original post 1 768 mots de plus