Le Mariage de Figaro, scène 16 (extrait), Acte 3(III), commentaire, Beaumarchais, 1784

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Le Mariage de Figaro, Acte 3(III), scène 16, Beaumarchais, 1784.

FIGARO. Enfant perdu, docteur, ou plutôt enfant volé.

LE COMTE revient. Volé, perdu, la preuve ? Il crierait qu’on lui fait injure !

FIGARO. Monseigneur, quand les langes à dentelles, tapis brodés et joyaux d’or trouvés sur moi par les brigands n’indiqueraient pas ma haute naissance, la précaution qu’on avait prise de me faire des marques distinctives témoignerait assez combien j’étais un fils précieux : et cet hiéroglyphe à mon bras…

Il veut se dépouiller le bras droit.

Le contenu de l’article se trouve désormais à sa nouvelle adresse :

http://lescoursjulien.com/le-mariage-de-figaro-scene-16-extrait-acte-2ii-commentaire-beaumarchais-1784

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s