Quand le ciel bas et lourd, Spleen LXXVIII, commentaire, Les Fleurs du Mal, Baudelaire, 1857

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr


Spleen – LXXVIII

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle »

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

(…)

Votre analyse est désormais à cette nouvelle adresse : http://lescoursjulien.com/quand-le-ciel-bas-et-lourd-spleen-lxxviii-commentaire-les-fleurs-du-mal-baudelaire-1857

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s