Madame Bovary, les comices agricoles, livre II (2), chapitre VIII(8), Flaubert, commentaire, 1857.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Madame Bovary, passage des comices agricoles, Livre II (2), chapitre VIII (8), Flaubert, 1857.

– Ainsi, nous, disait-il, pourquoi nous sommes-nous connus ? quel hasard l’a voulu ? C’est qu’à travers l’éloignement, sans doute, comme deux fleuves qui coulent pour se rejoindre, nos pentes particulières nous avaient poussés l’un vers l’autre.
Et il saisit sa main ; elle ne la retira pas.
« Ensemble de bonnes cultures ! » cria le président.
(…)

Votre analyse est désormais à cette adresse : http://lescoursjulien.com/madame-bovary-les-comices-agricoles-livre-ii-2-chapitre-viii8-flaubert-commentaire-1857

2 réflexions sur “Madame Bovary, les comices agricoles, livre II (2), chapitre VIII(8), Flaubert, commentaire, 1857.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s